• Golf Training Concept

Nutrition du golfeur: 5 questions posées à Audrey de PERFODIET

1/ Le golf doit-il être considéré comme un sport ? sur quel critère ?

perfodiet - nutrition du golfeur avec Golf Training Concept
perfodiet - nutrition du golfeur avec GTC

Le sport représente une activité physique exercée dans le sens du jeu et de l'effort, et dont la pratique suppose un entraînement méthodique et le respect de certaines règles.

Lors d'un parcours de golf 18 trous, un joueur marche environ 8 à 9 km, tape environ une centaine de swings, porte un sac ou tire un chariot de 10/12 kilos. Le joueur de golf doit aussi gérer ses émotions durant plus de 4h: De l'euphorie à la frustration il n'y parfois qu'un coup...!!!

Dés lors, ce joueur de golf dépense autour de 2000 Calories lors de son parcours de golf 18 trous. Les dépenses énergétiques au golf lors d'un entrainement de golf sont tout aussi importantes.

Une compétition de golf peut se dérouler sur 5 jours à raison de 6h de golf par jour! 6 heures ou l'on marche, swings et maitrise sa concentration! Des exercices de renforcement musculaire, gainage, force et endurance sont indispensables à la pratique du golf amateur et professionnel. La nutrition du golfeur doit être pensée, adaptée et anticipée.

Donc oui, le golf est un sport, et oui, la nutrition du golfeur est un facteur de la performance.


2/ Quelle(s) filière(s) énergétique(s) est/sont utilisée(s) dans la pratique du golf ?

Le golf utilise principalement 2 filières énergétiques : la filière aérobie et anaérobie lactique

Celles-ci nécessiteront, chez le golfeur, d’avoir suffisamment de glycogène musculaire pour assurer les entraînements longs et les compétitions de golf.


Quels sont les fondamentaux nutritionnels du golfeur qui cherche à optimiser sa pratique?

  1. Couvrir les besoins énergétiques du joueur de golf. Bien faire attention à ne pas surestimer les dépenses énergétiques. En effet, dans le milieu sportif, beaucoup de pratiquants surestiment leurs dépenses avec pour conséquence un excès de poids.

  2. Optimiser et maintenir des réserves de glycogène suffisantes (avant/pendant/après), surtout autour des entraînements longs et/ou intenses et les compétitions de golf.

  3. Assurer une bonne hydratation au quotidien, sur le parcours de golf et durant les entrainements de golf (compenser les pertes hydriques).

  4. Compenser les pertes électrolytiques (sodium ++)

  5. Entretenir un bien-être digestif surtout autour des entraînements et des compétitions de golf.

  6. Porter une attention particulière aux Oméga 3 (EPA & DHA+++) afin d’entretenir un bon influx nerveux favorable à une bonne concentration et coordination motrice.

  7. Avoir recours à des produits diététiques de l’effort en cas de nécessité (boissons de l’effort, barres & gels énergétiques)

  8. Maintenir des apports protéiques journaliers suffisants afin de préserver la masse musculaire.


3/ Doit-on considérer la nutrition du golfeur qu’en période de compétition ? ou bien tous les jours de l’année?


Comme tout sportif, la nutrition du golfeur doit être considérée tout au long de l’année afin :

  • D’entretenir une bonne santé et agir préventivement sur les blessures, fractures de fatigue, surentraînement, affaiblissement immunitaire...

  • Gérer optimalement le poids et éviter « l’effet yoyo » qui est très souvent rencontré chez les sportifs hors période de compétition (+ 5 à 10 kg).

  • Optimiser indéniablement les performances sportives pour le golfeur amateur et les joueurs professionnels de golf.

La nutrition du sportif se compose en deux blocs :

1/ Une alimentation/nutrition dite « hors période de compétition golf» où les besoins énergétiques, en macronutriments (protéines/lipides/glucides) se rapprochant des apports nutritionnels conseillés (ANC) courants.


2/ Une alimentation/nutrition en période de compétition golf (avant/pendant/après) :

  • Règle importante à respecter sur le choix des glucides.

  • Alimentation équilibrée MAIS PAS VARIEE, Pas d’innovation alimentaire.

  • Besoins supérieurs aux ANC courants.

  • Alimentation dite « de confort digestif »